Habitants de
Logements
Éphémères
ou Mobiles

caravane 2018

Accueil > Communiqués > Retour des RIHALs

Retour des RIHALs

mercredi 12 juin 2019, par Association Habitats Libres en Poitou

Nous avons eu la chance à l’occasion des RIHALs (Rencontres Internationales de l’Habitat Léger) de découvrir le Quartier de la Baraque à Louvain la Neuve en Belgique (proche de Bruxelles). Ces rencontres se tenaient à l’occasion du vote au parlement Wallon d’un décret reconnaissant l’existence de l’habitat léger. À l’issue d’un long travail en coopération avec des universitaires et des associatifs locaux, la ministre du logement et le ministre de l’environnement on fait signer au gouvernement ce décret.

C’est un lieu unique en Europe. Sur deux hectares on peux voir sous une végétation parfois dense, des petites maisons, des roulottes, des domes, des petits jardins et des prés ou paissent quelques animaux. Rien de véritablement spectaculaire pour un profane, juste un paysage inhabituel, un laisser aller d’urbaniste ?, une vielle ZAD régularisée ?, sûrement des artistes dans le lot… La balade est agréable, bucolique… mais si on est comme nous en quête éperdue d’un monde sans loyers, c’est un véritable enchantement… Pas loins de cinquante ans d’age pour cet endroit mythique, sans loyers ni spéculation immobilière, ou l’habitat est avec grâce et élégance à l’abri des absurdités en vigueur partout ailleurs.

Le terrain a été au départ laissé à une bande d’étudiants en architecture au moment de la création de l’université de Louvain la Neuve. Ils ont pu y faire leur expériences, puis ont fini par y habiter. Les années passent et grâce au laxisme ou disons plutôt à l’intelligence des autorités, et rien ne se passe, rien n’est « régularisé », il continue de se remplir. Le quartier comprend la force d’alternative qu’il incarne, à quel point sa réalité est un îlot. Il se structure, et tombe d’accord sur une Charte : Autoconstruction, petits volumes, pas d’enclos privatifs autour des habitations, pas de bénéfice à la revente éventuelle (si ce n’est la valeur des travaux), pas de location. Autant de contraintes consenties qui fondent un urbanisme radicalement différent, inventent un rapport différent à la propriété immobilière et façonnent ce paysage atypique. La situation aujourd’hui encore reste précaire, entre accords de principe, et statut d’expérimentation accordé à titre temporaire par la mairie. Une partie du quartier a été grignotée par un projet d’aménagement urbain. Le quartier est situé à 500m d’une gare RER, realtivement proche de Bruxelles, on devine que la pression foncière est forte. Grâce à sa durée d’implantation par des incessantes tractations, le quartier resiste, tel un village gaulois fortifié…

Nous avons pu rencontrer des habitants du quartier, recueillir leurs témoignages, leurs confidences à la faveur des soirées et des moments informels… je vous en livre quelques uns…
Une emigrée vivant avec son compagnon sur place, consciente d’avoir une chance rare de vivre là « ..putain… pas de loyers ! Non mais merci la Baraque !!!… merci ! »
Un Jeune papa de deux enfants qui grandissent sur place à qui on demande comment c’est d’élever des enfants dans le quartier... « ...c’est horRRrible ! (retranscription de l’accent belge..) … à neuf heure du matin y’ viennent frapper à ta roulotte chercher ton fils après ils disparaissent pendant des heurRres… et après ils RRreviennent, ils sont dix et ils ont faim !!! et il faut les nourrRRrir... » On comprend que c’est en effet un endroit rêvé pour les enfants…
Un autre résident du quartier des Bulles (domes géodésiques) à propos du modèle économique du lieu. En effet la charte du quartier précise que les cabanes ou autres doivent être revendues sans plus value en cas départ, à une valeur qui doit être cooptée par le reste des habitants, en tenant juste compte de l’argent éventuellement investie. « ...bon les Bulles (des dômes géodésiques de 5 à 8m de diamètre) on a décidé qu’on les donnait maintenant, tu penses !... elles ont coûté 500 balles à faire, elles sont amorties depuis belle lurette... ». Arriver dans un lieu, et en devenir propriétaire par le biais d’un don… un modèle qui, avouons le nous fait rêver.

Le cercle de fin du dimanche est un moment privilégié pour partager sur les rencontres et leur suite, un moment aussi ou des paroles fortes sont prononcées… petite sélection :

« Sans prise de force, sans squat, on ne développe rien d’alternatif »
« Des milliards de gens vivent en habitat léger... » (l’habitat humain est à l’origine léger)
« La pauvreté, c’est la solidarité, le vivre-ensemble, la misère c’est d’être isolés dans le capital »
Parole d’un citoyen ordinaire à l’adresse des habitants atypiques… « vous, vous êtiez des marginaux, maintenant vous êtes des pionniers... »
« On ira revivre dans des logements en brique quand on aura gagné »
« On ne peut pas retirer du sujet de l’habitat léger la question de la précarité »
« Est-ce pertinent de rentrer dans une norme ? »
« Il faut avoir un rapport stratégique à la notion de norme »
« Je viens de New York, je pensais que c’était impossible de vivre comme ça, maintenant je ne saurais plus vivre autrement »
« Parlons stratégie… : Faut-il pour défendre l’habitat léger attaquer l’ « habitat lourd » ?, faire en quelque sorte un lancement d’alerte pour pointer les travers dangereux de l’habitat conventionnel ? »

L’accueil sur place est chaleureux, la plus part des intervenants sont logés sur place, dans des cabanes ou des roulottes. La restauration végétarienne était délicieuse, les repas ont été confectionnée essentiellement à partir de légumes produit sur place, preuve supplémentaire s’il en fallait que l’on a à faire à un projet global cohérent et efficient.

Nous donnons rendez-vous aux participants aux Rencontres Intergalactiques de L’Habitat Léger que nous organisons avec Habitats Libres en Poitou au mot d’ordre de "YOURTES PARTOUT... TOUS EN POITOU !"
A suivre...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?